Conseil Citoyen 1er juillet 2016

1er juillet 2016 // Centre Roger Salengro // Fives

Le premier constat est celui d’une difficulté sur le plan de la mobilisation puisque 11 conseillers étaient présents et 10 autres s’étaient excusés. Ce qui laisse beaucoup d’absents si l’on se base sur la liste des 75 personnes dont le nom a été déposé en Préfecture.

La mobilisation est l’affaire de tous, de l’ALFPH comme de chaque conseiller qui souhaite s’impliquer dans ce projet. L’association va jouer son rôle en retournant auprès des habitants qui avaient signalé leur envie d’être membre. Elle va aussi présenter la démarche auprès de nouveaux habitants, par la médiatisation, le porte à porte ou la diffusion de l’information. Les conseillers investis sont également libres de diffuser l’information.

A ce stade, le Conseil Citoyen, labellisé et donc officiel depuis le 26 avril, se doit d’avancer. Le travail se fait avec les personnes présentes. La première étape est de se demander ce que le Conseil veut faire et comment il veut le faire.

Il a deux missions qui doivent conditionnent cette réflexion :

•    Donner un avis lors du Comité de pilotage politique (Copil)
•    Être un espace d’interpellation, capable de s’auto-saisir d’une difficulté dans l’application du Contrat de Ville.

Tout d’abord, on constate un décalage dans le dialogue. Au discours « habitant » est rétorqué une réponse « technicienne », avec un langage et une complexité qui écarte. Comment le traduire, comment faire en sorte que ce langage s’adapte ? Le 8 juin dernier, la présentation par la ville a été jugée intéressante mais bien trop rapide et « zapping », avec 15 mn sur un sujet, 15 mn sur un autre.
Puisque le Conseil a une position autonome, il doit pouvoir être dans un rôle de plaidoyer, il doit produire une réflexion sur la politique de la ville et ensuite la faire remonter auprès des personnes concernées : Préfette déléguée pour l’Égalité des Chances, Adjoint au Maire.

Le Conseil Citoyen ne joue pas un rôle technique, il est la voix des habitants et à ce titre est un espace politique.

Un des premiers axes de réflexion serait la remontée d’éventuels doublons. A été ainsi remarqué la présence d’associations qui mènent des projets sur des enjeux similaires mais qui ne se connaissent pas.

Le travail de ce 1er juillet a lieu en deux ateliers, l’un consacré à l’attitude à adopter dans le cadre de la programmation, l’autre à créer une relation entre le Conseil et les habitants des territoires prioritaires.

Programmation

Actuellement la programmation suit le calendrier suivant :
8 juin : réunion de discussion
1er juillet : Lancement des appels à projets
1er octobre : clôture des appels à projets
Novembre : Présentation de la programmation au Conseil citoyen suivi du Comité de pilotage politique (décisionnaire).
Décembre : vote du budget municipal en Conseil municipal
Janvier : vote du budget politique de la ville en Conseil municipal

Le souhait du Conseil Citoyen est de pouvoir modifier ce rythme, jugé peu adapté à la pleine participation des habitants dans le processus.

A partir de là, le Conseil fait deux propositions :

•    Mettre en place une période dite d’appels à idées, à l’initiative du Conseil, pour faire remonter des idées nouvelles et permettre l’émergence de nouveaux acteurs.
•    Cette période irait de mars à mai et permettrait de mieux préparer la concertation de tous avant l’appel à projets.
•    Demander à décaler le comité de pilotage politique au mois de décembre pour donner le temps au conseillers de porter un regard serein sur la programmation.

Relation aux habitants

L’idée est d’identifier le Conseil Citoyen auprès des habitants des quartiers prioritaires, de le rendre toujours plus légitime et de faire remonter les besoins. C’est aussi important pour la mobilisation et pour créer des habitudes de participation dans la population.  Il faut bien rappeler que le travail de relation aux habitants relève de la mission de l’élu. Le Conseil Citoyen n’est pas le représentant de la politique de la ville, il n’en est pas le VRP.

Il existe plusieurs méthodes possibles. Le porte à porte a été évoqué mais il a été jugé un peu intrusif. Tout le monde ne se sent pas à l’aise avec ce qui peut être perçu comme une intrusion dans l’intimité des habitants.
La plateforme multimédia pour permettre aux habitants de signaler des difficultés ou faire des remarques doit être pensée.

Le Conseil doit essayer d’être présent dans l’espace public. Pourquoi pas une présence sur un marché, à l’entrée d’une école, mais aussi des événements comme une fête de quartier ou un repas de voisins.  Les conseillers peuvent, évidemment, utiliser les possibilités du quotidien, en échangeant avec les riverains, les collègues, les commerçants.
Il est possible pour eux de se rendre en groupe pour visiter une association, un centre social. Le groupe légitime auprès des partenaires, l’expérience montrant que se rendre seul au titre de conseiller citoyen dans une association n’est pas toujours aisé.

Le groupe, le collectif, c’est ce qui fait et qui fera la force du Conseil. C’est pourquoi a été décidé l’échange de contacts pour se rencontrer, mieux se connaître et échanger de façon autonome.

La prochaine réunion aura lieu le samedi 10 septembre à 10h. A été voulu une clôture conviviale sous la forme d’une auberge espagnole ou un barbecue.

Post a comment