Plénière de septembre

10 septembre 2016 // Fondation de Lille

La discussion a débutée par des remarques sur le déficit de communication interne, avec une information qui circule mal, au risque de perdre des habitants qui seraient intéressés pourtant par la démarche. Des mails n’arrivent pas, les informations pratiques arrivent trop tard. Au delà des correctifs à apporter au groupe d’envois mail, la liste complète des contacts sera envoyé à chacun en pièce-jointe.

Pour une communication entre membres, deux propositions ont été faites. Un Google group, qui permet de stocker des documents. L’avantage est l’interface Google, connue et pratique. L’inconvénient est que vous recevrez à chaque fois un mail, ce qui peut faire beaucoup. Autre possibilité, un forum, basé sur une plateforme gratuite. Ce qui nécessite d’y aller et de se confronter à une interface plus basique.

Ce qui ressort de la discussion, c’est que si il est important de mettre en place des outils numériques, il est fondamental que le Conseil reste une instance à échelle humaine, privilégiant les rencontres. Les conseillers sont libres de mettre en place de telles rencontres à l’échelle de leur quartier, en prévenant l’association pour que chaque personne intéressée puisse venir.

La discussion suivante, sur le positionnement à avoir et les avis à donner dans le cadre de la programmation 2017. Le Conseil Citoyen ne s’y rendra pas dans un rôle de juge. Son positionnement est d’être dans l’écoute, la compréhension. L’objectif est d’obtenir une liste d’actions, notamment par quartiers. Il s’agira aussi de comprendre comment le travail a été mené, quelles sont les priorités. Enfin, cette rencontre permettra d’obtenir une liste des associations.
La date de cette rencontre n’est pas encore fixée par la ville, elle devrait l’être prochainement. Il s’agira de la prochaine rencontre du Conseil Citoyen.

Suite à cette présentation, l’étape suivante sera celle du Comité de pilotage politique, le fameux « copil ». Là encore, la date n’est pas connue. Elle est pourtant importante car il faudra se réunir avant afin de déterminer les  participants. A ce sujet, il a été demandé que les non-participants puissent assister en spectateur ; cette demande sera transmise à la ville.
Quel positionnement aborder lors du « copil » ? Tout d’abord exister, pour la première fois. Pouvoir faire entendre des remarques. Et donc débuter son rôle d’interpellation citoyenne.
La volonté du Conseil est d’exercer une sorte de contrôle via une labellisation. Certaines actions seraient ainsi « recommandées par le Conseil Citoyen » ou autre formule à trouver.
Nous savons que l’avis n’est que consultatif, au Conseil de le rendre suffisamment intelligible et argumenté pour qu’il ne puisse être ignoré. Pour participer au mieux, à moyen terme, des conseillers souhaitent pouvoir se former à la prise de parole en publique.

Comment s’organiser ? La question s’est posé d’organiser le Conseil en groupes thématiques. Ce n’est pas apparu comme souhaitable. Il existe plus la volonté de travailler au plus près du terrain, de faire remonter des idées d’actions que d’apparaître en sous-techniciens de la politique de la ville.
Comment se faire connaître ? Au delà du site web qui devrait être livré, le Conseil veut demander une présence dans Lille Mag pour faire un point et annoncer ses projets. La Voix du Nord peut être un relais également.

Mais quel projet ? Celui d’un appel à idées. La volonté du Conseil est de faire émerger de nouveaux besoins, de nouvelles idées pour aboutir à de nouvelles actions. Avec la volonté de « donner la parole à ceux qui s’expriment le moins », ce qui limite l’utilisation du web qui touchent des gens plus engagés ou du moins « connectés ».
Cet appel se tiendrait tout au long du premier semestre. Il nécessite de constituer des critères et d’aller sur le terrain, à la rencontres d’habitants et d’associations. Attention à ne pas s’enflammer sur un questionnaire trop important qui serait trop compliqué à analyser.

Reste la question du renouvellement urbain, qui semble être l’angle mort de la participation habitante de la politique de la ville. Il est compliqué d’avoir des informations, en particulier lorsque que l’on se présente seul. La position de membre du Conseil n’est pas suffisante. La réponse est de pouvoir aller chercher l’info de façon collective. Globalement, le Conseil prend acte que c’est collectivement qu’il aura le plus de chance de réussite dans ses projets.

Mots-clefs

Label        Communication    Habitant    Renouvellement urbain    Rôle institutionnel

Écoute         Se faire entendre    Interrogation        Terrain        Humain

Post a comment