Maïta LINXE-PAJOT, présidente du comité FPH de St Maurice-Pellevoisin

Maïta est président du comité FPH de St Maurice-Pellevoisin depuis un an. Elle nous explique son engagement et son parcours. Portrait.

 

Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel et associatif ?

J’étais professeur dans un lycée professionnel dans lequel je suis devenue, quelques années plus tard, directrice. Une fois arrivée à la retraite, j’ai commencé à m’engager dans des associations. Je fais des accueils alimentaires au foyer Frédéric Ozanam. Une fois par semaine, nous accueillions principalement des étrangers en difficulté. Je suis également engagée dans une association du quartier Saint-Maurice Pellevoisin, Starter, qui accompagne les personnes en fin de droit dans leurs démarches de réinsertion.

 

Comment avez-vous connu le Fonds de Participation des Habitants ?

J’ai été tirée au sort parmi les habitants de mon quartier pour faire partie du Conseil de Quartier. Un membre de ce conseil m’a parlé du Fonds de Participation des Habitants et m’a invité à participer au comité.  J’en fais partie depuis 2012.

 

Pourquoi avez-vous rejoint les membres du comité de gestion du Fonds de Participation des Habitants ?

L’ancien président du comité de gestion de mon quartier m’a proposé de prendre sa place puisque son mandat était terminé. Cela me permet de me sentir plus concernée par la vie de mon quartier, ses difficultés, ainsi que par les habitants qui y vivent et qui m’entourent. Je pense que les personnes pour lesquelles on s’investit nous apportent toujours beaucoup de choses positives. Ce qui me plait le plus dans le milieu associatif, c’est la richesse humaine, l’ouverture vers les autres. Le principal avantage du Fonds de Participation des Habitants c’est que les projets proposés sont extrêmement variés.

 

Quels sont les projets que vous aimeriez voir plus souvent à St Maurice Pellevoisin ?

Il faudrait sensibiliser les habitants à des projets, notamment au niveau local, et fédérer le maximum d’habitants autour d’un projet sans pour autant que ce projet ne soit réservé à un groupe restreint d’habitants. J’espère aussi voir des habitants lancer leurs projets avec des associations car souvent, les habitants n’osent pas le faire d’eux-mêmes puisqu’ils ne connaissent pas les démarches nécessaires à la création d’un projet. Ils peuvent se faire aider et être appuyés par une association qui leur donnera des conseils.

Il faut mélanger les porteurs de projets : plusieurs associations, des habitants avec des associations, ou encore un groupe de nombreux habitants : plus ils sont nombreux, mieux c’est car ils essaient de se prendre en main et de faire vivre leur quartier.

 

Portrait chinois :

Si vous étiez ….

une manifestation culturelle lilloise :  Lille Capitale de la Culture (surtout les expositions)

Une personnage célèbre : Gandhi ou Martin Luther King

une invention : Une machine à pousser la tolérance

une valeur :  la tolérance et l’ouverture aux autres

un pouvoir magique :  un distributeur de bonheur

un mot compliqué ou peu courant :  Abracadabra (un coup de baguette magique et tout est beau)